Etre membre de la Fédération de conteurs professionnels 
implique l’adhésion ferme à ces 5 principes de base :

CONTER est une EXPRESSION :



Le conteur à partir des matériaux qu’il choisit édifie une parole originale, libre et vivante dans l’instant même où il dit. Il travaille la voix dans ses potentialités de nuance et de puissance. Il est ainsi capable de donner souffle et relief au récit. Il travaille une gestuelle lui permettant de rayonner l’énergie qui donne corps à la relation contée.

 Conter est un ART TOUT TERRAIN :

En représentation, la pratique du conte revêt trois formes principales d’expression : la conterie, le conte sur scène, le conte en animation.

 La conterie : le conteur va à la rencontre du public en des lieux de vie quotidienne.

 le conte sur scène : dans une salle équipée, la prestation du conteur s’apparente à un seul en scène.

 Le conte en animation : dans un lieu privé ou semi-privé, le public présent n’est pas venu nécessairement écouter des contes. Le conteur doit capter l’attention et la garder.

CONTER est créer une relation:
En tant que « passeur », le conteur assure le lien entre le passé, le présent et le futur.
A chaque fois est soulignée l’actualité de cet héritage universel précieux et mystérieux : la parole des contes. Cette parole qui est, à travers son propre questionnement, le reflet de l’expérience humaine. Par la sobriété et la simplicité de la technique, le conteur entre en relation directe avec le public privilégiant le plaisir du récit et le bonheur de la rencontre.

CONTER est un ART:

Tout art existe par l’exigence.
 S’interroger sur le sens et la forme de sa parole : qu’ est-ce que je dis et pourquoi ? Travail permanent sur le langage (le matériau du conteur) ainsi que sur le corps et la voix (l’outil du conteur). 
Qualité de la relation au public : oser la rencontre. 
Exigence envers l’organisateur. 
Notre pratique réclamant un minimum de conditions favorables, la Fédération propose une fiche technique commune.

CONTER est un METIER:
L’engagement professionnel réclame une structure administrative qui inscrit le conteur dans la réalité de la société . Un conteur professionnel se doit d’utiliser  les formes les plus adéquates (asbl, intermittent du spectacle, …) afin de protéger et d’assumer à la fois la légalité et la qualité de ce travail. 

La liberté du conteur s’exerce dans le respect dû à notre art, à l’auditoire, au répertoire et aux règles éthiques régissant la profession. 

L’art du conte est une réflexion sur la vie. La vie étant mouvement, le texte de cette charte ne peut être figé. Il sera actualisé périodiquement.

En 2014, la fédé fêtera ses dix ans.
Pour en savoir plus cliquez-ici