Quelques aventures de Tijl Ulenspiegel, grand farceur, grand rebelle devant l’éternel, grand pourfendeur d’injustices… Grand amoureux de la vie, aussi.

Un mélange de truculence et d’histoire, une dénonciation des extrémismes sur fond de légende haute en couleurs.

Librement inspiré de l’œuvre de Charles De Coster.

Ce qui me parle depuis toujours dans ce texte : les émotions contrastées ! Rire moqueur et tristesse poignante, tendresse et violence, farce et tragédie. Un certain lyrisme et une leçon d’histoire, aussi. L’auteur retrace avec force le seizième siècle dans nos régions, en proie à l’inquisition, au pouvoir aveugle et absolu, aux guerres de religion…Une époque dont la cruauté n’est pas sans rapport avec le présent. J’interprète certains épisodes de la légende en ne suivant pas la lettre du texte, mais son esprit. Ce n’est pas le mot à mot du texte, ni bien sûr une déclamation. De Coster, j’en suis sûre, ne se retourne pas dans sa tombe, lui qui a puisé aux sources populaires flamandes, forcément transmises oralement. Il sait que je ne suis pas infidèle à Tijl, mon coeur et mes racines en littérature !

Infos

  • Régisseur de salle: Non si formule légère
  • Jauge idéale / maximale: 60 / 200
  • Espace scénique minimum: 5 m x 3 m
  • Nombre de projecteurs: 2 minimum
  • Temps de montage / démontage: 15 minutes