« Pour que les pépins germent, il faut que la pomme pourrisse » a dit Newton avant sa sieste. Pour leur nouvelle création, les conteurs ont eu cette féroce envie de regarder le monde à cet endroit précis où l’ancien bascule dans le naissant. C’est donc à un tour de manège du Grand Cycle qu’ils vous convient, car la grande roue tourne inlassablement, pour que meure ce qui doit mourir et s’épanouisse, les pieds dans le terreau, le renouveau. Conte déambulatoire en extérieur aux alentours de Wolubilis.