Cet atelier mêle art du conte (et plus largement de l’oralité) et Land Art.
Plus profondément, cet atelier se veut une réflexion sur la figure de la sorcière comme figure intimement liée à la nature, à la forêt.
Nous questionnerons les représentations de la sorcière dans les imaginaires et dans les histoires.
Nous essayerons de ne pas évacuer la notion d’effroi qui est attachée à cette figure, mais aussi à la nature, à la forêt.
Nous tenterons de comprendre l’importance de cultiver des lieux insoumis, non pour mettre à distance, mais pour que continuent d’exister des lieux incertains, des zones floues, où se cultivent des chaos féconds.
Nous ne mettrons pas en lumière. Nous accepterons l’ombre.
Nous partirons, le plus silencieusement possible, éprouver ce qui se passe en lisière, là où vivent les sorcières.

Les participants créeront donc conjointement une œuvre de land art (pour que soit éprouvé physiquement le rapport au lieu, à la nature) et une œuvre orale (conte, poésie, prose, chant, …).
La finalité du projet sera de créer une balade contée, dans une forêt, un parc, un jardin, une allée verte … où sera convié un public invité par nos soins..