Qui est donc ce conteur, affublé d’un surnom de troubadour ?
La légende raconte que Robin des Pommes est tombé dedans quand il était grand. Tomber dans l’écriture, dans le conte, puis sur la scène.
Pourquoi ? comment ? Lorsqu’ il trouve ébauche de réponses à ces questions, d’autres questions se posent. Tentons de poser celà un instant.

Un rêve halluci-natoire ou gène, il ne sait plus trop.
Comme un rêve révélation, comme un Rêve-élation. Il y a 10 ans de celà, il y a 10 ans déjà. De sa plume, aguerrie de la rédaction de bilans psycho-sociaux (…), d’autres mots se posent, partent soudain en poésie, s’envolent en images.

D’écritures en stages, de formations en quelques notes, de rencontres en regards,de scènes en concours, de joies en peines, un répertoire singulier surgit comme une douce coulée de lave ; un comédien-conteur est apparu pour livrer son imaginaire, déclarer sa fantaisie.

Benoit Morren propose des spectacles contés, construits autour d’un seul ou plusieurs récits.
Un univers contemporain-décalé, fantastico-poétique, politico-onirique, dramatico-rigolo. Une intrigue sociale, une question philosophique.
Quelques notes de guitare pour illustrer les images dans vos têtes.
En ré-écritures ou écritures personnelles, inspirées de témoignages, de vécus, d’émotions et de bruits des temps présents; de chansons d’aujourd’hui ou de fables d’antan.

Parcours.

Stages et formation avec notamment : Vanessa Lefebvre (2009), Yvan Couclet et Etienne Piette (2010), Nadine Walsh (2012), Morgane Prohaczka (2013-2014), Elena Serra (Mime,2014), Amandine Orban (2016), Jean Lambert et Bruno Belvaux (Seul en scène, 2016), Nathalie Yalon (théâtre Tchekhov , 2017 et 2018), Annick Funtowicz (d’une école du clown, 2018), Alberto Garcia Sanchez (2019). « Regard » actuel : Bernadette Lox (Clown, théâtre de rue).

Ecritures inspirées de Daudet, La fontaine, Fersen, Renaud, Fred,…